Biographie // Biography

Biographie

Scène 1
Né à Paris le 3 septembre 1967 d’une mère infirmière, originaire de Grande-Bretagne, et d’un père réalisateur à France Inter, Alexandre Azaria s’initie à la musique dès l’enfance, baigné et instruit par deux cultures qui lui valent la double nationalité franco-britannique. De l’exploration de la discothèque paternelle à celle de Radio 7, dont il a la charge après avoir quitté le lycée, il fait du disque un fidèle compagnon de route, avant de faire de la pellicule l’objet de nouvelles attentions, comme acteur devenu incontournable de la composition de musiques de films.
Ces jeunes années le voient enregistrer entre 1988 et 1992 deux albums avec le Cri de la mouche, un quintette de rockers dont il est le guitariste et avec lequel il fera plus de 500 concerts, avant de rejoindre le duo Niagara en tournée. En 1996, il co-réalise et co-compose l’album Wax d’Indochine, puis fonde le groupe Anakine. Il participe ensuite en 1998 sous le nom de Replicant à la compilation One Trip One Noise avec en extrait son adaptation du titre Oublié de Noir Désir, premier succès d’une série de remixes et de compositions pour des artistes aussi divers qu’Axel Bauer, Clarika, Zazie, Alain Chamfort, Aston Villa, Jacques Dutronc, Louis, Barton ou plus récemment Christophe Willem.

Scène 2
Au cinéma, Alexandre Azaria signe sa première bande originale en 1999 pour le long-métrage Comme un poisson hors de l’eau, une comédie policière réalisée par Hervé Hadmar avec Tchéky Kario et Monica Bellucci Fasciné par les bandes originales de films hollywoodiens, il prend le temps de décrypter les œuvres de ses mentors. En 2002, il compose le score du film de Vincent Perez Peau d’ange, produit par Europa Corp. La société de production de Luc Besson, qui boucle à l’époque la réalisation de Transporter, sous la direction de Louis Leterrier, lui confie en plus la mise en musique de la dernière scène du film, une poursuite infernale en voitures de quinze minutes, que ne peut assurer l’Américain Stanley Clark, faute de temps. L’année suivante, les réalisateurs Thomas Sorriaux et Vincent Desagnat, dont il a déjà élaboré en 2000 la musique du court-métrage La malédiction de la mamie, lui proposent la bande originale aux couleurs seventies de La Beuze, une comédie explosive avec Michaël Youn, qui dépasse les deux millions d’entrées en salles. Toujours en 2003 c’est le réalisateur Gérard Krawczyk qui fait appel à ses talents pour la bande originale de Fanfan La Tulipe, un film en costumes au score orchestral taillé sur mesure pour une aventure de capes et d’épées. Azaria enchaîne en 2004 avec le film d’Aruna Villiers A ton image, dont le scénario lui inspire une musique plus synthétique, climatique et angoissante. Même année, mais nouveau registre avec Eric et Ramzy dans Les Dalton, car ce film produit par UGC et réalisé par Philippe Haïm représente pour lui l’opportunité de livrer un authentique score western, rafraîchi dans l’esprit d’une comédie couronnée par deux millions de spectateurs.

Scène 3
Après une collaboration à la bande originale du film de Guillaume Pixie Le souffleur, il se confronte en 2005 à un cinéma d’auteur, plus personnel sur La vie est à nous ! qui figure une nouvelle expérience partagée avec Gérard Krawczyk. La même année, il retrouve Louis Leterrier pour Transporter 2. Produit par la Fox, ce second volet de la superproduction américaine, au thème musical digne du meilleur cinéma d’action, passe deux semaines à la première place du Box Office à sa sortie aux Etats-Unis. En 2006 après Jésus-Christ, Azaria compose la bande originale du dessin animé inspiré de l’œuvre de Goscinny et Uderzo, Astérix et les Vikings, co-produit par A Film et M6 Studio. Il s’y mesure aux exigences de l’animation, qu’il traduit par l’idée de “live action” et non du simple “cartoon”. La même année, Alek Keshishian, le réalisateur de In Bed With Madonna, fait aussi appel à lui pour le score de Love And Other Disasters, une comédie romantique avec Brittany Murphy, co-produite par David Fincher et Europa Corp. Le registre de la comédie sert également l’année suivante sa bande originale du film de Gerard Krawczyk, L’auberge rouge, avec dans les rôles principaux Christian Clavier, Josiane Balasko et Gérard Jugnot. En 2008, le score de Sans armes, sans haine, ni violence, de et avec Jean-Paul Rouve, le confronte à l’histoire d’Albert Spaggiari, l’auteur du casse du siècle, tandis qu’il retrouve François Desagnat et Thomas Sorriaux pour la comédie 15 ans et demi, interprétée notamment par Daniel Auteuil. Fort de son aptitude à mener de grosses productions musicales, Azaria livre toujours en 2008 trois scores de films d’actions avec les sorties successives de Go Fast de Olivier Van Hoofstadt avec Roschdy Zem, Secret Defense de Philippe Haïm avec Gérard Lanvin, puis Transporter 3, produit et écrit par Luc Besson, que réalise Olivier Megaton avec à l’affiche Jason Statham et François Berléand.

Scène 4
Parallèlement à sa carrière au cinéma, Alexandre Azaria compose aussi pour le théâtre depuis 2004 avec à son actif une pièce de l’écrivain Claire Castillon et un spectacle de l’humoriste Elie Semoun, ainsi que pour la télévision. Il renouvelle l’habillage sonore de la chaîne MCM, crée le générique de l’émission Les feux de la ramp pour Paris Première, avant de travailler pour les Editions de Dargaud au projet Valérian, une adaptation de la bande dessinée de Mézières et Christin. Outre la musique des épisodes de la série animée d’après le personnage de Sempé, Le Petit Nicolas, diffusée par M6, 2009 sera pour lui l’année de la sortie du film Le missionnaire, écrit par Jean-Marie Bigard et réalisé par Roger Delattre, tandis qu’il travaille pour U G C à la bande originale de Imogène, dont le scénario est signé Franck Magnier et Alexander Charlot, le co-scénariste avec Dany Boon de Bienvenue chez les Ch’tis.
A suivre…